Jean-Paul RIOPELLE (1923-2002)

Jean-Paul RIOPELLE (1923-2002)

An die musik… #not

Un survol pas exhaustif pantoute d’œuvres musicales marquantes 

en parallèle à la vie de Jean-Paul Riopelle

.

–«Breton détestait la musique, comme moi. Quand il y avait de la musique, c’était la panique, il pouvait pas supporter» 

JP Riopelle (Le Point SRC 2002)

.

–«J’ai souhaité faire de la musique, mais j’ai pas d’oreille; mon rêve c’était de jouer du silence, je suis incapable, je gueule tout le temps» 

JP Riopelle (Le Point SRC 2002)

.

1923 «Hyperprisme», Edgar Varèse

  • éclatement de la tradition, à la recherche de spatialiser la musique

.

1925, (approx.), «Reel turluté», La Bolduc

.

1927, «Un vent de folie», Josephine Baker aux Folies Bergères

.

1928, «Three penny opera», Kurt Weill & Bertolt Brecht

.

1936, «Caravan» Duke Ellington

.

1938, «Sonate no5» pour piano préparé, John Cage

  • musique expérimentale : principalement un mouvement américain de création musicale (comme le jazz) qui fait contrepoint à l’avant-garde européenne davantage incarnée dans la tradition de la musique classique dite «savante»

.

1940, «Adieu» de Lionel Parent (neveu d’Emma Albani)… années 1940…

  • chanson pour l’effort de guerre

.

1941, «Quatuor pour la fin du temps», Olivier Messiaen

.

1945, «Les mamelles de Tirésias» Francis Poulenc, Guillaume Apollinaire (opéra)

  • incarné dans le mouvement surréaliste

.

arrivée de Riopelle à Paris (1947) chez les surréalistes 

1949, «Symphonie pour un homme seul», Pierre Schaeffer et Pierre Henry 

  • première grande œuvre de musique concrète (utilisation de bruits transformés par des manipulations en studio)
  • faire une œuvre musical à partir du bruit (structurer une matière sonore)

https://fresques.ina.fr/artsonores/fiche-media/InaGrm00203/symphonie-pour-un-homme-seul.html

.

Les mosaïques réalisées à la spatules (années 1950)

1950, «Hymne à l’amour», Edith Piaf & Marguerite Monnot

.

1951, «The Rake’s progress», Igor Stravinsky (opéra)

.

1952 «4’33’’», John Cage

  • révolution dans la déconstruction d’une œuvre musical : que du « silence»

(arrangement pour orchestre)

.

1956, «Love me tender», Elvis Presley; musique: George R. Poulton ; parole: Ken Darby 

.

1957, «Sonate no3 pour piano», Pierre Boulez

  • musique aléatoire dirigée **certains théoriciens font des liens entre cette technique de composition musicale et le dripping en peinture (le hasard participe au résultat)** (comp. Earle Brown)

.

1957, «Ascenseur pour l’échafaud», Miles Davis

.

1957, «poème sur la lettre M», Bernard Heidsieck

  • étude sur la poésie sonore

.

années 1960, retour à la figuration (masques, aigrettes, etc.)

1965, «Y’a t’un homme», Monic Leyrac

.

1968, «Paradigm», Lukas Foss

*musique aléatoire (partition en partie écrite avec structure libre d’interprétation)

.

1975, «Le chant d’un Patriote» Félix Leclerc

.

1977, «Le condamné à mort», Offenbach

.

1991, «Helikopter-Streichquartett», Karlheinz Stockhausen

.

2001, «An echo a stain», Björk